Présentation du Groupe de travail

Le chercheur amené à traiter la question du stockage dans les sociétés anciennes peut souvent bénéficier d’une documentation variée comprenant des sources écrites, des vestiges archéologiques de bâtiments et d’aménagements, du mobilier ainsi que des restes organiques. Cependant, comme il a déjà été souligné (A. Farnoux, Topoi 6, 1996, p. 66) cette documentation demeure partielle, suivant les aléas des découvertes et de l’état de conservation des restes matériels. Les sites de la vallée du Nil n’échappent pas à cet état des choses et, en dépit de données souvent abondantes, l’organisation du stockage à l’échelle familiale, communautaire ou étatique est encore largement méconnue. Pour l’Égypte et le Soudan, la question du stockage des denrées alimentaires brutes, comme les céréales, n’a que très rarement été posée directement et fut abordée de manière ponctuelle, à partir des données iconographiques, textuelles ou encore archéologiques. De même, il n’existe, à ce jour, aucune étude globale sur les magasins ayant servi à l’entreposage et à la conservation des denrées conditionnées alimentaires et non alimentaires. 

L’ambition du groupe est de créer un environnement qui favorise les échanges entre les archéologues, les architectes, les archéobotanistes, les céramologues, les historiens, des ethno-archéologues et, de manière plus générale, tout spécialiste s’intéressant à l’archéologie du stockage. Ce groupe, qui rassemble essentiellement des archéologues en charge de la fouille et/ou de la publication de dispositifs de stockage, a pour objectifs de faciliter les échanges entre les chercheurs en amont des publications, de mettre en place de nouveaux outils communs et d’ouvrir de nouvelles pistes de réflexions. Dans ce but, des journées d’études annuelles et des réunions de travail sont organisées depuis 2020. Le groupe réfléchit notamment à la création d’une base de données partagée permettant de créer un référentiel, ou encore à des fiches d’enregistrement normées destinées à faciliter les études futures des lieux de stockage. 

Afin de fédérer les chercheurs autour de ce projet de recherche collaborative, des rencontres annuelles (d’un ou deux jours) abordant des thèmes au fur et à mesure différents sont l’occasion pour définir un vocabulaire technique partagé et présenter les hypothèses de recherche en cours tout comme les cas d’étude problématiques.

Les deux premières rencontres du Groupe de travail ont été consacrées à l’analyse architecturale des bâtiments et des aménagements de stockage, ainsi qu’aux techniques de construction associées, dans le but de définir avant tout la configuration des lieux destinés à la conservation de denrées. S’agissant dans la plupart des cas d’une architecture en terre, ces journées d’étude visent tout particulièrement à explorer la manière dont, le long de la vallée du Nil, les constructions ont été conçues pour répondre aux besoins d’isolation, ventilation et protection des nuisibles de produits (alimentaires et non-alimentaires) stockés à court, moyen et long terme. En tenant compte de la nature des denrées, du traitement reçu ainsi que du type de conditionnement, les recherches du groupe portent tant sur la conservation en silo de céréales et de légumineuses que sur le stockage de denrées en magasin .

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search