Expérimentation de construction d’un silo en briques crues. Phase 1 : le premier prototype

Le dispositif de stockage des céréales le plus couramment employé en Égypte ancienne est le silo circulaire aérien, une structure construite en briques crues, de forme cylindrique et dotée d’une couverture en dôme[1]. Contrairement au silo-fosse, le silo aérien est construit en élévation, avec des fondations de faible profondeur. Toujours utilisé de nos jours, dans certaines sociétés traditionnelles en Afrique et au Proche-Orient, le mécanisme de conservation est cependant mal documenté, bien qu’il semble correspondre à celui des silos-fosses[2]. Néanmoins, plusieurs questionnements liés aux différences évidentes entre le stockage en silo-fosse et celui en silo-aérien demeurent. Ils concernent, par exemple, l’architecture de ces derniers : les matériaux – essentiellement la brique crue, des mortiers et des enduits de terre – et leur mise en œuvre, mais aussi le système de bouchage et de fermeture du dispositif. Par ailleurs, les modalités de conservation des céréales dans les silos aériens demandent à être explorées davantage : 

  • Quel est le rôle du matériau terre dans l’isolation des graines vis-à-vis de l’atmosphère extérieure ? Car, contrairement aux silos-fosses, l’atmosphère externe est bien plus sujette aux variations d’humidité et de températures que le sous-sol.
  • Combien de temps les céréales conservent-elles des propriétés germinatives lorsqu’elles sont stockées en silo ? Cette question est d’autant plus pertinente qu’à la différence des silos-fosses, les silos égyptiens devaient conserver une masse de denrées parfois considérable, une quantité qui favorise l’auto-combustion et la production de gaz. 

Dès lors, même si des hypothèses peuvent être élaborées grâce au comparatisme, le fonctionnement de ce type de structure reste largement inconnu. 

Cadre du projet

Afin de tenter de répondre à ces interrogations, un projet d’archéologie expérimentale en plusieurs phases a été entrepris, grâce au soutien de la Fondation des Treilles[3] et du Labex AE&CC [4](ENSAG/UGA). Ce premier projet, mené par Adeline Bats (égyptologue, chercheuse associée à l’UMR 8167 Orient & Méditerranée), rassemble plusieurs acteurs de la recherche en architecture et en archéologie de l’Égypte ancienne : Nadia Licitra (égyptologue,post-doctorante CRAterre/AE&CC/ENSAG/UGA et chercheuse associée à l’UMR 8167 Orient & Méditerranée), Thierry Joffroy (architecte, directeur du Labex AE&CC), des étudiants du DSA « Architecture de terre, cultures constructives et développement dural » [5] (Mardjane Amin, Anna-Laura Bourguignon, Marion Denizart, Vanille Joséphine, Angèle Keserwany, Hugo Spack) et María Lidón de Miguel (doctorante, Universitat Politècnica de València)

La première phase du projet a eu pour objectif d’appréhender la mise en œuvre d’un silo en briques crues, selon les techniques de l’Égypte ancienne. Pour cela, un premier prototype a alors été construit du 17 au 21 mai 2021, dans le cadre du festival Grains d’Isère qui s’est tenu aux Grands Ateliers de Villefontaine (38)[6].

Réalisation

En amont de l’expérimentation, des réunions et des modélisations 3D du silo ont permis de réfléchir collégialement aux techniques et aux matériaux qui auraient été utilisés, en accord avec les sources archéologiques. Nous avons alors choisi de construire un silo de petite taille (diamètre interne de 1,04 m), une dimension bien attestée sur divers sites archéologiques en Égypte et au Soudan dans des contextes domestiques, permettant d’ensiler environ 1,5 m3de céréales. Plusieurs centaines de briques – constituées de terre, de paille et de sable – ont ensuite été produites la semaine précédant l’expérimentation [fig. 1].

Fig. 1. Séchage des briques aux Grands Ateliers. © Adeline Bats

L’élaboration du dôme a été laissée aux architectes, faute d’information archéologique. Grâce à son expertise et à son expérience dans la construction de voûtes, pour la mise en œuvre du dôme Thierry Joffroy a proposé d’employer un outil de son invention, un bras mobile permettant de dessiner des ellipses dans l’espace. Bien que les anciens égyptiens devaient savoir construire des dômes en briques de manière empirique, sans l’aide d’instruments particuliers (comme il est attesté aussi pour les voûtes dites « nubiennes »), du moins les plus petits, le bras nous a permis de pallier notre manque de savoir-faire et, en même temps, de former les étudiants du DSA à cette méthode constructive [fig. 2]. Les premières assises ont ainsi été montées avec des briques de gros module (30 x 15 x 7,5 cm), tandis que la partie supérieure a été construite avec des briques de petit module (15 x 7,5 x 5 cm) afin d’alléger la partie sommitale et de faciliter l’inclinaison de la paroi du silo. Le mortier utilisé était un mélange de terre, paille et sable. L’appareillage et l’usage de deux modules de briques ont fait l’objet de nombreuses discussions au sein de l’équipe. En effet, en l’absence d’élévation conservée, seules les premières assises des silos attestés par l’archéologie témoignent des procédés de construction de ces dispositifs de stockage. Néanmoins, une étude fine des données semble indiquer que, outre des briques complètes, des fragments de briques ont également été employées, afin d’assurer un profil régulier au silo. Dans certains cas,  des fragments de briques appartenant à des constructions plus anciennes ont été réutilisés . Les briques ont ensuite été recouvertes d’un enduit de terre et de paille [fig. 3].

Fig. 2. Construction du silo. © María Lidón de Miguel
Fig. 3. Préparation et application de l’enduit de terre sur le silo. © María Lidón de Miguel

La construction de ce premier silo a permis à l’équipe de se familiariser avec les méthodes constructives et les matériaux [fig. 4]. Un deuxième prototype, dans lequel des céréales seront ensuite ensilées, a été réalisé du 20 au 28 juin dans le village de Cucugnan (Aude) avec la collaboration du paysan-boulanger Roland Feuillas et l’agronome Bastien Lamouroux[7].

Fig. 4. Premier prototype © Adeline Bats

Publication de ce travail dans A. Bats, N. Licitra, Th. Joffroy, B. Lamouroux, A. Feuillas, J. Depaux, « The Egyptian mud-brick silo. Technical and functional analysis of a grain storage device », dans A. Bats, N. Licitra (éd.), Storage in ancient Egypt and Sudan. I. Earthen architecture and buildings techniques, Leyde, 2023, p. 151-171.

Vidéo de l’expérimentation

[1] A. Bats, « Le stockage des céréales dans l’Égypte pharaonique. Aspects techniques et stratégies économiques », dans A. Bats (éd.), Les céréales dans le monde antiqueNeHeT 5, 2017, p. 157-177, disponible en ligne : https://www.nehet.fr/images/NEHET5/09-NEHET%205-BATS.pdf.

[2] F. Sigaut, Les réserves de grains à long terme – Techniques de conservation et fonctions sociales dans l’histoire, Paris, 1978. Plusieurs expérimentions ont été réalisées afin de valider ces principes agronomiques : P.J. Reynolds, « A General Report of Underground Grain Storage Experiments at the Butser Ancient Farm Research Project », dans M. Gast, F. Sigaut (éd.), Les techniques de conservation des grains sur le long terme, Tome 1, 1979, p. 70-81 ; A. Bourrouilh, C. Saout, Le stockage des grains de céréales en silo souterrain sous climats océaniques et océanique altéré, interroger la pratique par l’expérimentation, retour sur une problématique classique dans l’archéologie ouest-européenne, note préliminaire inédite, 2015. Voir également le projet en cours dirigé par  Cécile Dominguez et Éric Yédri (INRAP) : https://ensilage.hypotheses.org.

[3] La Fondation des Treilles, créée par Anne Gruner Schlumberger, a notamment pour vocation d’ouvrir et de nourrir le dialogue entre les sciences et les arts afin de faire progresser la création et la recherche contemporaines. Elle accueil également des chercheurs et des écrivains dans le domaine des Treilles (Var) www.les-treilles.com.

[4] https://aecc.hypotheses.org/105

[5] Le diplôme de spécialisation et d’approfondissement en architecture (DSA) « Architecture de terre, cultures constructives et développement durable » est une formation post-master de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (ENSAG) http://craterre.org/enseignement:dsa-architecture-de-terre/

[6] https://www.lesgrandsateliers.org

[7] Les Maîtres de mon Moulin, https://www.farinesdemeule.com


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Adeline Bats (7 juillet 2021). Expérimentation de construction d’un silo en briques crues. Phase 1 : le premier prototype. Le stockage en Égypte et au Soudan anciens. Consulté le 19 juillet 2024 à l’adresse https://stockagenil.hypotheses.org/162


Une réponse sur “Expérimentation de construction d’un silo en briques crues. Phase 1 : le premier prototype”

  1. Article très intéressant, le retour de la terre séchée dans la construction est d’actualité.
    Très récemment à Lyon, un bâtiment d’une dizaine de mètres de haut à été construit en pisé (terre séchée) de la région avec de très grosses “briques” réalisées dans des moules sur mesure afin de pouvoir constituer des arches en terre !
    Ce bâtiment, œuvre de l’architecte Clément Vergely, se situe dans le quartier confluence.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search